Visitez les gorges de Véroncle et ses moulins

Updated: Dec 8, 2020

Une belle balade à faire.


Un peu d'histoire : Entre 1546 et 1584, Aymard d’Astouaud, alors Seigneur des terres de Murs, fit édifier au débouché de la combe de la Véroncle, un barrage destiné à fermer le ruisseau. Cet ouvrage, désigné sous le nom de Barrage des Étangs, laisse des traces encore visibles aujourd’hui. Son barrage formait à la fois un petit lac de pêche, et servait à stocker de l’eau, servant à alimenter, en énergie, les dix moulins lors des périodes négatives en pluviométrie. Deux énormes murailles de pierre retenaient les eaux pour réguler le débit du ruisseau. Sur les dix moulins, il n’en reste aujourd’hui que des ruines, à l’exception de deux : celui des Étangs, pour ce qui est de l’amont, et du moulin des Grailles, pour l’un de ces derniers en aval. Ces deux vestiges du passé, proches aujourd’hui d’une voie de circulation, ont été réhabilités en des habitations.

Plus loin encore, et dans cette partie les gorges, se cache le moulin de Dévissé, qui comportait trois étages : la chambre des eaux, la chambre des meules, et au dernier le logement du meunier, mais servant aussi de grenier à grains. Le linteau porte la date 1573.

La question reste posée quant à savoir comment les meules ont été acheminées dans ces moulins, dont la plupart sont coincés entre des falaises, ne laissant la place qu’à un sentier seulement praticable par les hommes, ou mulet. Nous n’y avons pas vu, non plus, de trace de carrières qui auraient permis des extractions, sur place, ou à proximité des lieux.

Comment étaient donc transportées ces meules, dont le poids pour chacune doit dépasser largement la centaine de kilos ? Même si à cette époque les mulets étaient capables d’évoluer sur des sentes étroites, il est impensable de les imaginer porter de telles charges. La fonction de ces animaux, était plus l’acheminement des céréales vers les moulins.

On y trouvait de l’orge, du seigle, du froment, et d’épeautre, cultivés sur les grandes surfaces du plateau, qui dominent de part et d’autre les gorges. Ces installations meunières broyaient également les récoltes des villages de Gordes de Joucas, de Murs et sans doute de bien d’autres encore. Toutes sortes de farines, en sortaient, allant du grumeau à la plus fine pour la pâtisserie.

La suite du sentier, est à flanc de falaise, avec des paysages à couper le souffle ! Il nous ramène, rapidement, dans le fond des gorges, au niveau du moulin de Charlesse.


Vo



10 views0 comments

Recent Posts

See All
Logo.png
  • Facebook
  • Instagram